Les aménagements successifs du Marais poitevin ont peu à peu réduit le Golfe des Pictons, dont il ne reste aujourd'hui que la baie de l'Aiguillon, classée Réserve naturelle. Lieu de rencontre entre eaux douces et salée, la baie offre un paysage rythmé par les marées et les saisons.

Plages de sable, formations dunaires de la pointe de l'Aiguillon et vasière Vasière, s. f.
Réservoir disposé en tête et au point culminant d'un marais salant, pour y stocker, entre deux grandes marées, les eaux destinées à son alimentation.
s'organisent en un paysage peu commun.

Aquarelle du littoral

> Aquarelle du littoral

© Denis Clavreul

Chaque marée basse découvre de grandes surfaces de vase où les oiseaux viennent se nourrir. A marée haute, et lorsque les coefficients de marée sont importants, l'océan vient lécher la digue de front de mer qui protège le marais desséché. Les étendues herbeuses installées sur la partie haute de la vasière sont alors recouvertes par l'océan.

Ce sont les prés-salés, appelés plus localement mizottes Mizotte, s. f.
Appellation locale des prés salés (formation naturelle).
. Ces prés sont rarement pâturés en baie de l'Aiguillon.
On y récolte du foin.