Depuis 1998, le Parc met en oeuvre un programme stratégique en faveur des marais mouillés du Marais poitevin. Ce plan d'action porte sur les marais situés dans le site classé du Marais poitevin ; en Deux-Sèvres, en Charente-Maritime et en Vendée.

Vue aérienne du marais mouillé

> Vue aérienne du marais mouillé

© PIMP

Pour plus d'informations,
contactez Nicolas Beaubeau
au Parc interrégional du Marais poitevin

Initialement, la cible prioritaire du Plan d'action pour l'Aménagement et la Restauration des Marais Mouillés (PARMM) était la partie de marais uniquement accessible par voie d'eau. Depuis 2003, les actions s'étendent à l'ensemble des 18 553 hectares du site classé, indépendamment des conditions d'accès, ainsi qu'aux marais "de bordures" situés dans les communes du Site. Enfin, en 2004, ce plan d'action a été intégré à " l'Opération Grand Site".



Les deux objectifs prioritaires du Plan d'Aménagement et de Restauration des Marais Mouillés du Marais poitevin sont de :

  • restaurer la trame paysagère
  • promouvoir et soutenir l'activité pastorale.

Un paysage caractérisé mais menacé

La partie inaccessible par voie de terre du site classé des Marais Mouillés du Marais poitevin est caractérisée par une trame paysagère très typée qu'on associe souvent à l'image touristique du Marais, la "Venise Verte". De petites prairies entourées d'alignements de frênes taillés en têtard et ceinturées de canaux étroits.

 Ce paysage à forte valeur patrimoniale est pourtant menacé.

Le contexte culturel, social et économique des années 1980 a induit un désinvestissement de l'espace par les acteurs locaux. Une grande partie des propriétaires se désintéressent de leurs terrains, les éleveurs quittent le marais pour exploiter des parcelles plus faciles à valoriser... En conséquence, et malgré le classement du site, le paysage évolue vers des friches ou des peupleraies. Peu à peu, il perd sa configuration caractéristique.



C'est pour enrayer ce phénomène que le Parc interrégional s'est engagé durablement dans un plan stratégique de restauration paysagère et d'aménagement, mais également de développement socio-économique.

Le site classé

Carte de situation du Grand Site de France du Marais poitevin

> Carte de situation du Grand Site de France du Marais poitevin

D'une manière générale, cette protection réglementaire (loi du 2 mai 1930) concerne les sites d'intérêt artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque. Elle a pour objet la protection et la conservation du paysage. Le classement soumet à autorisation toute modification de l'aspect des lieux. 



Dans le Marais poitevin, le classement a pour objet la sauvegarde de la trame paysagère typique des marais mouillés. Il s'agit de petites prairies, rectangulaires pour la plupart, entourées d'alignements de frênes taillés en têtard et ceinturées par des canaux étroits. 



676 hectares, dont 300 hectares inaccessibles par voie de terre, ont été classés en 1981 sur le département des Deux-Sèvres. En 2003, le site a été étendu à la majeure partie des marais mouillés, soit 18 553 hectares sur 24 communes. Il concerne aujourd'hui les départements de la Vendée, de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

Les 5 enjeux du PARMM

1) Restaurer et préserver la trame paysagère
  • Restauration de terrées

    > Restauration de terrées

    © PIMP

    Sauvegarder et reconquérir des surfaces en prairie naturelle sur les friches et les peupleraies.
  • Restaurer le réseau hydraulique.
  • Réhabiliter et gérer les alignements de Frênes têtard.
  • Restaurer les terrées Terrée, s. f.
    Petite parcelle boisée ceinturée de fossés. Les terrées sont plantées de frênes ou de saules taillés en « têtard ». Elles sont, en quelque sorte, des espaces de production de bois de chauffage ou de bois d'oeuvre. Dans les terrées, les arbres sont émondés à 1 mètre du sol.
    , exemple à Liez.
  • Pérenniser l'activité des éleveurs.

2) Contribuer au maintien de l'intérêt écologique du site, favoriser la diversité biologique
  • Sauvegarder et reconquérir des surfaces en prairie naturelle sur les friches et les peupleraies.
  • Entretenir des parcelles en habitat naturel remarquable ( mégaphorbiaies Mégaphorbiaie, s. f. (vocabulaire spécialisé)
    Parcelles herbacées du marais mouillé, abandonnées ou sous-exploitées, mais très riches sur le plan des insectes et de la botanique. 
    , boisement humide...).
  • Conserver des parcelles en végétation spontanée.
  • Préserver les hélophytes Hélophyte, s. m. ou adjectif
    L'Hélophyte désigne une plante qui vit « les pieds dans l'eau, la tête au soleil ». On dit qu'elle est semi-aquatique. 
    .
  • Restaurer les terrées Terrée, s. f.
    Petite parcelle boisée ceinturée de fossés. Les terrées sont plantées de frênes ou de saules taillés en « têtard ». Elles sont, en quelque sorte, des espaces de production de bois de chauffage ou de bois d'oeuvre. Dans les terrées, les arbres sont émondés à 1 mètre du sol.
    .
3) Contribuer à l'amélioration des connaissances scientifiques sur le site afin d'éclairer la stratégie du plan d'action
  • Suivre l'évolution de l'occupation des sols.
  • Améliorer les connaissances biologiques et agronomiques.

4) Inscrire le plan d'action dans une perspective de développement local
  • Réalisation d'ouvrage de franchissement

    > Réalisation d'ouvrage de franchissement

    © PIMP

    Animer le réseau de partenaires.
  • Aménager des îlots d'exploitation fonctionnels.
  • Faciliter l'activité d'élevage en assistant les agriculteurs au quotidien.
  • Accompagner les exploitants dans l'orientation de leur système d'exploitation.
  • Valoriser les productions du site.
  • Fédérer les propriétaires dans les espaces en déprise.

5) Favoriser la découverte et l'appropriation du site classé par ses usagers
  • Sensibiliser et informer les usagers du site.
  • Conserver l'ouverture des réseaux de circulation voués à la découverte des marais mouillés.

En intégrant les dimensions paysagère, écologique, sociale et économique, la gestion du site classé s'inscrit délibérément dans une perspective de développement durable. Le Parc souhaite impliquer fortement les acteurs locaux, en particulier les éleveurs de bovins et les propriétaires. A terme, il est en effet indispensable que la société locale prenne en charge la gestion et l'entretien du site.

Le mode opérationnel

Curage des voies d'eau

> Curage des voies d'eau

© PIMP

La mise en œuvre du PARMM repose sur la sensibilisation et la mobilisation de l'ensemble des acteurs du territoire. L'enjeu est de créer une véritable dynamique autour des objectifs fixés.


D'un point de vue opérationnel, le plan s'oriente autour de trois axes :

  • L'animation du plan d'action qui s'inscrit dans une démarche prospective de développement local et une démarche de communication et d'information autour des actions.
  • La contribution à l'amélioration des connaissances sur le site qui repose à la fois sur des inventaires réguliers de l'occupation du sol et sur des études spécifiques.
  • Et surtout les interventions techniques de terrain réparties en travaux de réhabilitation, d'aménagement et d'entretien du territoire, d'assistance aux éleveurs.

Les financeurs du PARMM

Le Parc interrégional du Marais poitevin est maître d'ouvrage du Plan d'Aménagement et de Restauration des Marais Mouillés, dont les financeurs sont :

Le bilan chiffré

Le bilan technique du PARMM est encourageant.
Bilan des travaux réalisés de 2003 à 2011 :

  • 432 ha de prairies restaurées
  • 17 ha d'habitats naturels ( roselières Roselière, s. f.
    La roselière est une zone humide où se développe une végétation dense et haute composée principalement de roseaux.
    ou mégaphorbiaies Mégaphorbiaie, s. f. (vocabulaire spécialisé)
    Parcelles herbacées du marais mouillé, abandonnées ou sous-exploitées, mais très riches sur le plan des insectes et de la botanique. 
    ) restaurés
  • 911 ha de prairies éco-pastorales valorisées
  • 54 km de curage des voies d'eau
  • 30 km de clôture
  • 11 km de plantation d'arbres, essentiellement de frênes
  • 164 km d'ouvrages de franchissement, ponceaux ou busages
  • Prairie du marais mouillé

    > Prairie du marais mouillé

    © PIMP

    33 km de parcs de contention

Aujourd'hui, sept éleveurs exploitent la partie inaccessible par voie de terre du site classé. Leur bétail est transporté par voie d'eau, 120 ha de prairies ont été réhabilitées par le Parc.


Depuis 2003, le Parc interrégional du Marais poitevin les a accompagné pour créer l'association des "Éleveurs par Bateau de la Venise Verte". 


Par le biais de cette association, les éleveurs par bateau souhaitent :

  • pérenniser leurs élevages,
  • faire connaître l'originalité de leur travail,
  • être mieux représentés auprès des instances décisionnelles.


Financeurs du PARMM

> Financeurs du PARMM